Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 08:51

programme-phare.jpgBonjour !

 

Il y a quelques jours, j'ai ressorti un  "journal de bord" du 2ème mois d'abstinence non utilisé, pour reprendre mes écrits journaliers.

Ce support, édité par un laboratoire pharmacologique (Merck - marque bien déposée) certainement à des fins commerciales, a le mérite d'être utile comme les cassettes ou DVD (suivant l'ancienneté !) du programme "Phare" que tout bon malade suivi par un alcoologue a vu... voire revu (j'en arrive à connaître les dialogues par coeur, mais j'en ai une vision différente à chaque projection).

Bref, ce journal de bord  reprend certains thèmes :

*météo perso du matin,

*anticipations de la journée,

*évaluation de l'envie de boire et explications,  

*et 1 page conseillant un livre, une recette de cocktail... sans alcool, un état d'esprit à "adopter", à remplir sur un thème de réflexion,...

Dans ce dernier cas, je me suis appliquée à écrire "les bienfaits liés à l'arrêt d'alcool...".

Si je n'oublie pas Les Méfaits de l'Alcool dont on me parle souvent (je fais souvent la

 

 traditionnelle balance : avantages/inconvénients de l'alcoolisation), j'ai pris un plaisir particulièrement

 

intense à m'éclater sur le papier pour évoquer cette fois-ci les bienfaits de l'abstinence et me consacrer seulement à cela  !

En voilà le résultat, noté dans l'ordre de mes pensées :

1. Lucidité : analyse des situations négatives - moins d'angoisse, moins de rumination - A développer : m'arrêter davantage devant les émotions positives pour éviter toute euphorie décuplée néphaste aussi,

2. Liberté : de choisir ce que je souhaite, de ne pas boire, de voir qui souhaite voir, d'aider comme je le souhaite et comme je le peux.

3. Confiance en moi : professionnellement (pour une reprise en 2012), relationnellement, réaction face à l'alcool. Cette confiance en moi me permet de m'affirmer dans ces différents domaines et ainsi de moins me "prendre la tête", de moins culpabiliser,...

4. Amélioration physique : ma santé s'est améliorée, malgré les E.S. du baclofène (E.S. = effets secondaires - dernier rappel !) : hernie hiatale moins douloureuse, pancréas et foie au repos. Donc je prends soin de moi.

Tout cela bien sûr, avec la limite de certaines contraintes inévitables.

En résumé : le psycholoqique et le physique vont mieux !!!

J'ai compris enfin que "la vie n'est pas un long fleuve tranquille", que ma vie sera de toute façon semée d'embûches. Le tout étant que je sache les regarder, voire les anticiper lorsqu'elles sont évidentes et de tenter de les vivre le plus sereinement possible. 

Oui, rechercher la sérénité et peut-être pas le bonheur absolu. En tout cas, en redéfinir le sens ?

 

Voilà le résultat de mon bilan fait rapidement et avec spontanéité. Si vous y réféchissez ou l'avez déjà fait, vous penserez peut-être à d'autres ressentis ? Faites le moi savoir, j'y réfléchirai à mon tour avec plaisir !

 

Illustration : le programme "phare", cela vous rappelle quelque chose ?

 

"Le bonheur, c'est ce qui fonctionne."

Fritz Zorn

 

C'est lui qui l'a dit...

A bientôt

 

Partager cet article

commentaires

STEPHANIE 02/05/2012 11:10

Là , je te réponds tout de suite parceque justement j'étais entrain d'y réfléchir : et je me disais : Je n'ai jamais été aussi heureuse qu'avec les drogues . Les drogues m'ont apportée du bonheur
et pourtant je les ai quittée , donc d'une certaine façon en les quittant je savais que je renonçais au bonheur , mais alors pourquoi ? ... Pour être libre ! Mais de quelle liberté s'agit-il ici ?
... 1°La liberté de me trouver au départ , de me dire je suis vraie , j'existe en vrai ! Je ne suis pas une "impression" d'existence . 2°Pour le manque : Me nourrir du manque et dans le manque ,
par le manque j'ai compris le "VIDE", le "SILENCE" , ce vide et ce silence que les méditants prétendent rechercher et qu'ils disent si difficile à trouver , ce vide et ce silence sont venus à moi
comme des évidences , comme des sources d'une incommensurable liberté que je mesure à peine un peu aujourd'hui ... 3°Ce que j'ai compris intensemment il y a trés peu de temps : Je le sentais déja
mais là je l'ai compris : Ma souffrance c'est MOI : Ma souffrance est mon être le plus intime , mon corps primordial . ... Alors , tu dis "doit-on ?", mais pour moi il n'y a là aucun devoir et celà
m'est propre . Celà m'appartiend et je n'en fais aucune régle ni aucun passage obligé , et ma souffrance primordiale est pour moi plus qu'un sens à ma vie car elle est ma substance primordiale ...
Bon , je comprend aussi ce qu'il peut y avoir de choquant limite révoltant dans mes propos ... N'y vois aucun masochisme car je n'utilise le mot "délicieuse" que dans sa relation avec le mot
"précieuse" : Liberté difficile , douloureuse , précieuse et alors délicieuse ... et qui sans doute pour moi est plus précieuse que le bonheur lui-même et nottement que le bonheur des drogues , ce
pourquoi je les ai donc abandonnées , quittées , comme on abandonne un amour mort : pour la liberté ! ...

Dignes du bonheur 05/05/2012 08:49



Bonjour Steph,


Merci d'avoir répondu à mon questionnement. En effet, tou cela t'appartient. Et je comprends mieux ce que tu ressens, meêm si je dois le reconnaître, je n'ai pas la même vision des choses. Mais
cela m'appartient aussi !!!


Bien à toi et à bientôt



Bonheur du Jour 01/05/2012 08:23

Mais c'est vrai que le bonheur, c'est ce qui fonctionne.... A trop s'attacher à ce qui ne fonctionne pas, on se rend malheureux....

Dignes du bonheur 02/05/2012 10:12



Bonjour Bonheur...,


Oui, je ne m'y attache plus, je m'y arrête mais je ne rumine plus dans les vastes méandres du négatif...


A bientôt



STEPHANIE 30/04/2012 20:07

Mon bilan c'est le manque : La valeur du manque .
Pour moi c'est primordial cette sensation : Le manque comme sensation intense de liberté , mais une liberté difficile , douloureuse , mais d'autant plus intense et précieuse , si précieuse
aujourd'hui qu'elle en devient délicieuse comme une révolte jubilatoire ...

Dignes du bonheur 02/05/2012 10:10



Bonjour Stéphanie,


Ce qui me frappe dans notre différence, c'est cette douleur qui revient souvent dans tes propos. Je reprends l'idée de Smooch : doit-on souffrir encore et encore por regagner cette liberté ?
Même si elle devient "délicieuse" pour toi, elle existe toujours. Est-ce là le sens que nous devons donner à notre vie ? Bien à toi et à bientôt 



manoudanslaforet 30/04/2012 19:03

Le plaisir de ne plus se lever avec un mal de tête et la figure bouffie!!!!! Bravo à toi je ne connais pas le programme Phare.... Bises

Dignes du bonheur 02/05/2012 10:07



Bonjour Manou,


Tu l'as dit : ne plus... mais pouvoir se regarder en face, même s'il y a encore du chemin à parcourir...


Le programme est en ensemble de supports mis à disposition par le laboratoire que j'ai nommé, aux  soignants et patients :


*cassettes et DVD de jeux de rôles pour préparer le retour à l'abstinence - "confrontation" avec l'entourage, avec la proposition d'alcool, repérer les situations à risque, préparer son
comportement,...


*supports écrits : savoir situer où on en est avec l'alcool (au début de l'accompagnement), journal de bord,...


Voilà ! Et merci pour les encouragements. A bientôt



Présentation

  • : Dignes du bonheur
  • Dignes du bonheur
  • : L'alcool et moi : une grande histoire ! Ca va, ça vient... Aussi, j'ai envie de partager mon expérience...
  • Contact

Etre alcoolodépendant :

"Comme un serpent qui mue, je dois perdre mon ancienne peau, imprégnée de goûts et d'arrière-goût d'alcool."
Hervé Chabalier - Le Dernier pour la Route

Recherche

Archives